Catégories
vie de famille

🇫🇷 du made in France … au zéro déchet (2/2)

Tandis que nous continuons notre chemin vers le « consommer français », notre poubelle continue de se remplir. On la sort tous les deux ou trois jours. Une belle poubelle de 50 litres. Tout plein de choses s’accumulent à l’intérieur: emballages, couches jetables, épluchures, restes alimentaires, capsules de café Nesmachin, etc… la liste est trèèèèès longue.

Nous avons fait un beau chemin: nous sélectionnons soigneusement tout ce qui ENTRE chez nous, afin d’être plus responsable dans notre consommation. C’est bien, c’est un bon début. Mais qu’en est-il de tout ce qui SORT de chez nous ? Où vont nos poubelles réellement ?

Nous avons donc mis le nez dans nos poubelles, et cherché ce que deviennent nos déchets une fois qu’ils sont emportés par nos éboueurs. Le résultat de nos recherches n’est clairement pas réjouissant. La poubelle d’ordure ménagère est soit brûlée, rejetant au passage des tonnes de particules toxiques dans l’atmosphère que nous respirons, (essayez de brûler du plastique chez vous, vous allez vite comprendre) soit enfouie dans des décharges, salissant ainsi davantage nos sols et nos nappes phréatiques déjà bien appauvries à en croire le cri des agriculteurs français.

Concernant les déchets brûlés, une énorme partie sera également enfouie en fin de parcours: pour 3 poubelles brûlées, l’équivalent d’1 poubelle subsistera sous forme de cendre (particulièrement toxique appelée le mâchefer) qu’il faudra enfouir également, dans des décharges spécifiques.

Voilà. Tout ça parce qu’on a envie de tel produit de beauté emballé dans du plastoc, et que boire notre café Nesmachin nous fait plaisir. L’hédonisme nous tuera.

On se dit que la solution serait de recycler ! La belle idée. Bien sûr, c’est formidable le recyclage, le beau cercle vertueux, tout rond, tout circulaire. Là aussi, nous avons cherché, fouiné, creusé … et le résultat n’est pas plus glorieux. Les plastiques recyclés le sont au prix de milliers de litres d’eau douce et d’une quantité astronomique d’énergie pour transformer la matière en petites billes de plastiques. Cette nouvelle matière première sera envoyée majoritairement en Chine par cargo, pour former de nouveaux emballages et autres chinoiseries, mélangée à du plastique vierge pour maintenir la qualité des plastiques, et finalement revenir par cargo jusqu’à notre douce France.

Mouai, pas franchement mieux.

Alors on a décidé que c’était fini. Que cette vilaine poubelle, on n’en voulait plus. Qu’on allait faire autrement. On ne savait absolument pas comment, mais on allait trouver des solutions. Au diable l’hédonisme, à bas le tout prêt, le super pratique, le consommable et le jetable. On veut que nos enfants vivent dans un monde sur lequel il reste un lopin de terre pour faire pousser une carotte. On veut que nos enfants vivent. Tout court. 🥕

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s